> 

REPÉRAGES #79-2022 (accès libre)
Sept montres supplémentaires qui mériteraient d’entrer dans le palmarès du GPHG 2021

2021, année de bonnes (et de moins bonnes) surprises dans les nouveautés lancées par les marques – lesquelles résistent tant bien que mal aux défis de la crise sanitaire. Voici une présentation des premières montres du second semestre 2021, racontées du point de vue des marques et commentées avec la jamais trop fleurie « langue de boîte » – cette langue de bois des « boîtes » horlogères. Voici une dernière brassée de montres qui sont en compétition pour le GPHG 2021 et qui n’avaient pas été chroniquées dans nos pages. Dans tous les styles et à tous les prix, venues de Suisse ou venues d’ailleurs, à prendre ou à laisser, au masculin comme au féminin, il est toujours intéressant de savoir ce qui circule sur les marchés. « Quand on aime, on ne compte pas » : ce sera donc une montre par jour de la semaine – soit sept montres de sept marques : Breitling, Doxa, MB&F, Miki Eleta, Grand Seiko, Tudor et Zenith…


MB&F LMX Titane

En octobre 2011, MB&F venait de lancer la Legacy Machine No.1, premier modèle d’une nouvelle collection, parallèlement aux Horological Machines préexistantes. La LMX revient à la première apparition de la collection Legacy Machine, avec des similitudes pour le balancier volant central et les deux cadrans… mais tout le reste est différent. Ceux qui connaissent la toute première Legacy Machine de MB&F sauront instinctivement comment fonctionne la LMX: deux cadrans en laque tendue blanche affichent chacun les heures et les minutes. Cependant, contrairement à la première Legacy Machine, la LMX arbore des cadrans inclinés, une caractéristique plus complexe qui nécessite un transfert d’énergie du plan horizontal au plan vertical via des engrenages coniques. Alors que les premières Legacy Machines dévoilaient une sélection restreinte d’éléments entre la platine-cadran et le dôme en saphir, des modèles ultérieurs comme la LM Perpetual étaient plus ajourés et plus démonstratifs quant à leurs prouesses mécaniques. La LMX adopte cette dernière approche et dévoile des éléments fonctionnels comme le pont d’échappement en forme d’astéro-hache et des composants des rouages. Trois grandes roues sont particulièrement visibles: deux d’entre elles, placées à proximité des couronnes, entrent en action quand on règle l’heure sur le cadran correspondant alors que la troisième, à 6 heures, est la roue des secondes commune.

On remarquera particulièrement le nouveau balancier, un mastodonte de 13,4 mm de diamètre, avec masses d’inertie au lieu des habituelles vis plus traditionnelles, qui offrent à l’horloger la possibilité de régler le cœur de la LMX avec plus de précision. Parmi les autres raffinements, citons les bras polis des ponts droits visibles sur la platine-cadran: ils bénéficient d’une finition main qui leur donne un profil arrondi, ou bercé, en surface. Clin d’œil à la réserve de marche verticale présentée en première mondiale dans la Legacy Machine No.1, la LMX rebondit sur cette tranche de l’histoire MB&F à travers un indicateur tridimensionnel complètement nouveau qui souligne l’autonomie impressionnante de 7 jours (168 heures). Avec cette évolution, on a le choix entre deux modes de décompte de la réserve. Deux affichages apparaissent de part et d’autre d’un hémisphère, l’un présente alternativement les chiffres de 1 à 7 sur une arche, l’autre les jours de la semaine. L'interaction complexe et totalement novatrice entre les composants est d’autant plus sophistiquée que l’indicateur de réserve de marche tourne. Ainsi, le porteur peut choisir son mode d’affichage préféré: en continuant à faire tourner la couronne à astéro-hache après remontage complet de la montre, on peut orienter l’indicateur de telle sorte que l’une des échelles, soit celle des chiffres soit celle des jours, soit mieux visible quand la LMX est au poignet. Tel un X parfaitement équilibré, le moteur LMX est profondément symétrique — non seulement côté cadran mais aussi à travers le fond saphir qui laisse apparaître les trois barillets placés à distances égales autour du centre, ce qui est renforcé par un décor soleillé de côtes de Genève. Un régal pour ceux qui comprennent le langage des mouvements horlogers, qui sont capables d’apprécier l’intention professionnelle et l’objectif de raffinement qui président au placement de chaque composant.

ZENITH Chronomaster Revival A386 Manufacture

Puisant son inspiration dans des prototypes vintage inédits trouvés dans le grenier de la Manufacture, le Chronomaster Revival Manufacture Edition présente un cadran laqué blanc avec trois compteurs dans trois nuances de bleu, reprenant les traits d’un prototype inconnu jusqu'alors dans les archives. Le boîtier en acier inoxydable avec poussoirs de type piston est une reproduction exacte de l'A386 de 1969, basés sur les plans du modèle original afin de préserver les proportions de ce chronographe emblématique. Ce qui rend cette édition significative et encore plus unique, c'est qu'elle représente la dernière version de l'A386 disponible avec le boîtier original "Revival". Battant en son sein à une fréquence de 36’000 a/h (5 Hz) et doté d’une réserve de marche de 50 heures se trouve le même mouvement dont il aurait été équipé s’il avait été produit en 1969 : le vénérable calibre chronographe automatique haute fréquence El Primero 400 avec roue à colonnes. Doté d'un affichage central des heures et des minutes, d'une petite seconde à 9 heures, d'un chronographe avec aiguille centrale, compteur de 12 heures à 6 heures et compteur de 30 minutes à 3 heures, d'une échelle tachymétrique et de la date à 4h30, le Chronomaster Revival Manufacture Edition est livré avec un bracelet en cuir d'alligator bleu avec doublure en caoutchouc et boucle à ardillon en acier inoxydable.

DOXA Sub 300 Carbon COSC Aquamarine

Plus de 50 années après son lancement, riche d’une histoire unique, la mythique Sub 300 se décline en 2020, pour la première fois, en carbone. Grâce au carbone forgé, la Sub 300 reprend tous les codes de ses origines, tout en cultivant une allure plus racée, plus sportive, plus technique, mais aussi plus urbaine, l’inscrivant dans l’avenir avec un matériau performant et plus léger au service de sa fonctionnalité. Avec un diamètre de 42.5 mm, la Sub 300 en carbone est équipée d’un caisson en titane pour résister à la pression, d'une couronne vissée, et est étanche à 300 mètres, équivalent à ~984 pieds. Précision, robustesse, fiabilité, son mouvement automatique à trois aiguilles qui comporte la prestigieuse certification COSC Certified Chronometer, lui assure une autonomie de 38 heures. Un guichet date est positionné à 3h. En référence à son histoire, son verre en saphir inrayable avec traitement antireflet reprend la forme du plexiglas bombé d’antan. Tous les affichages relatifs à la plongée sont pourvus d’un enduit luminescent Super-LumiNova qui assure une excellente lisibilité lors de plongées où la visibilité est réduite. La Sub 300 en carbone est disponible dans 6 coloris, équipée d’un bracelet en caoutchouc soit ton sur ton avec le cadran, soit noir, avec signes distinctifs Doxa sur ses deux côtés et équipé d’une boucle déployante avec traitement PVD noir ornée du symbole exclusif poisson Doxa. Chaque bracelet est conçu avec une extension plongée réglable pour s’adapter au port d’une combinaison de plongée.

MIKI ELETA Svemir

Svemir combine pour la première fois deux modèles astronomiques en une seule horloge. 20 ans après la création du GPHG, une horloge, à l'origine de l'horlogerie dans le monde, est présentée au Jury. Le géocentrisme place la terre au centre, orbitée par le soleil, la lune et le reste des planètes. Au cours du XVIe siècle, la révolution copernicienne a remplacé ce concept par l'héliocentrisme, dans lequel toutes les planètes et leurs lunes tournent autour du soleil. Inspiré de la construction d'une sphère armillaire, le modèle géocentrique de « Svemir » consiste en un globe entouré d'anneaux. Dans une cage de méridiens, la terre tourne autour de son axe en 24 heures. L'équateur terrestre se trouve au même niveau que le disque statique squelettique divisé en 24 parties. Positionné comme l'équateur céleste, il indique l'heure et le temps mondial, car la division est concentrique aux méridiens de la terre. L'anneau écliptique représente la trajectoire supposée du soleil dans le modèle géocentrique, telle qu'elle apparaît depuis la terre. Les saisons, les mois, les signes du zodiaque avec leurs dates de début et de fin, les positions les plus hautes et les plus basses du soleil ainsi que les équinoxes peuvent être lus sur ses 12 segments. Le soleil est représenté par une boule blanche qui se déplace sous la date actuelle de 1/365 par jour le long de l'anneau écliptique. La lune se déplace en sautant d'une division par jour. Elle indique la phase de la lune, les éclipses solaires et les marées (correction tous les 128 ans). Le modèle héliocentrique, situé en diagonale au-dessus du globe, comprend son propre soleil et six planètes. Les six planètes sont montées sur un axe commun incliné de 23,5 degrés par rapport à l'axe de la terre. Elles tournent autour du soleil fixe visible en dessous. Selon les lois de Kepler, le soleil est légèrement décalé par rapport à l'axe des planètes. Le modèle affiche les orbites de Mercure (période de révolution : 88 jours), Vénus (225 jours), la Terre (365 jours), Mars (687 jours = 1,8 an), Jupiter (4329 jours = 11,86 ans) et Saturne (10751 jours = 29, 45 ans). L'horloge indique les heures et les minutes et fournit l'énergie pour toutes les fonctions ci-dessus. Une démonstration manuelle du mouvement des planètes dans le modèle héliocentrique est possible à l'aide d'une manivelle séparée. Le mécanisme dispose d'une fonction de mémoire, qui peut être utilisée pour remettre le modèle dans la bonne position après une démonstration manuelle.

BREITLING Premier B25 Datora 42

Inspirée par l’esprit de créativité des fondateurs de Breitling, la nouvelle Collection Premier Heritage est conçue pour l’homme moderne et exigeant de bon goût. Ces garde-temps sont les plus élégants et les plus raffinés de la marque. « Ce design inspiré du patrimoine avec une touche de modernité incarne certaines des innovations les plus réputées de Breitling et fait renaître l’héritage de Breitling, l’inventeur du chronographe moderne. Il s’agit véritablement d’une renaissance de notre héritage », déclare Georges Kern à propos de la nouvelle collection Breitling élégante et contemporaine. La collection Premier Heritage rend hommage au Squad des fondateurs de Breitling : trois générations d’hommes qui ont fait de Breitling ce qu’elle est aujourd’hui. Léon Breitling a fondé l’entreprise en 1884 ; plus tard il fit breveter un simple compte-à-rebours/tachymètre capable de mesurer n’importe quelle vitesse entre 15 et 150 km/h, une invention qui intégra la montre de poche Vitesse en 1906. En 1915, son fils Gaston créa l’un des premiers chronographes de poignet avec bouton poussoir indépendant à deux heures. Cette innovation sépare les fonctions d’arrêt, de départ et de remise à zéro de la couronne, ce qui rend la montre plus pratique pour chronométrer les sports. En 1934, le petit-fils de Léon, Willy, fit breveter le deuxième compteur indépendant de chronographe à 4 heures. Parmi les célèbres réalisations pionnières de Willy Breitling, figure la fondation du département Huit Aviation en 1938. En plus de son audace et de son sens de la technologie, Willy Breitling a compris le désir des gens d’avoir une touche d’élégance et de glamour. C’est ce qui l’a incité à concevoir les premières montres-bracelets Premier dans les années 1940, premier pas de Breitling dans l’alliance du style et de la fonctionnalité. Comme Willy le disait : « Lorsqu’un homme met sa montre, voilà la marque incontestable du bon goût. » La dernière génération de Premier – la collection Breitling Premier Heritage – remet l’élégance intemporelle sur le devant de la scène. La collection comprend six montres réparties en trois catégories distinctes : la Chronograph, la Duograph et la Datora. Toutes affichent des chiffres arabes, des aiguilles d’inspiration vintage et des bracelets en cuir d’alligator semi-brillant dotés de surpiqûres ton sur ton. Chaque montre est un chronomètre certifié COSC, étanche jusqu’à 100 mètres. La Premier Heritage Chronograph de 40 mm se remonte manuellement, comme sa grande sœur des années 1940. Elle est animée par le Calibre manufacture Breitling B09, basé sur le Calibre manufacture Breitling 01. Elle se décline en deux variétés : avec un cadran vert pistache entouré d’acier inoxydable ou avec un cadran argenté entouré d’or rouge 18 carats. Avec ses boîtiers en acier inoxydable et or rouge 18 carats de 42 mm, la Premier Heritage Duograph est dotée d’un cadran bleu ou noir. Sa fonction rattrapante – parmi les plus élaborées en horlogerie – permet au propriétaire de chronométrer deux temps simultanément grâce aux deux aiguilles superposées du chronographe. Cette pièce renferme le Calibre manufacture mécanique Breitling B15 à remontage manuel, basé sur le Calibre manufacture Breitling B03. Comme sa grande sœur des années 1940, la Premier Heritage Datora de 42 mm se distingue par ses fonctions très visibles et complexes, notamment son affichage du jour, de la date et des phases de lune. Elle est animée par le Calibre manufacture B25. La couleur cuivrée de la Datora est encerclée par un boîtier en acier inoxydable, tandis que les cadrans argentés sont dotés d’un boîtier en or rouge 18 carats. Les trois modèles de la collection Premier Heritage renferment toute l’ingéniosité de Breitling en matière de chronométrage et son évolution sur trois générations.

TUDOR Black Bay Fifty-Eight 925

Tudor lance une version singulière, en argent 925 avec fond transparent, de son populaire modèle Black Bay Fifty-Eight, deux premières pour une montre de plongée Tudor et un rendu lumineux inattendu. Le lumineux modèle Black Bay Fifty-Eight 925 est ainsi nommé en référence au titre du métal précieux de son boîtier bien sûr, mais aussi à l’année 1958 au cours de laquelle la première montre de plongée Tudor étanche à 200 mètres, la référence 7924 ou « Big Crown », est présentée. Entre autres clins d’œil esthétiques à cette montre historique, ce modèle propose un boîtier de 39 mm de diamètre se rapprochant des proportions caractéristiques des années 50. Idéale pour les poignets fins, les inconditionnels du vintage et les amateurs d’objets singuliers, la Black Bay Fifty-Eight 925 est aussi la première montre de plongée Tudor exécutée en argent et à proposer un fond transparent. L’utilisation de l’argent 925 est une première pour une montre de plongée Tudor et la composition de l’alliage choisi est gardée secrète par la marque. Les propriétés de ce dernier sont telles que le boitier de la Black Bay Fifty-Eight 925 ne change pas d’aspect à l’usage. Entièrement satiné pour un effet mat, il possède un éclat inattendu, lumineux, qui s’apprécie au mieux, montre au poignet. Ce rendu surprenant confère une aura précieuse à ce modèle, encore accentuée par le fond transparent qui laisse apprécier son Calibre Manufacture MT5400. Ces choix renforcent le double langage esthétique de ce modèle, à mi-chemin entre l’héritage de montre-outil robuste définissant encore aujourd’hui l’offre de la marque et l’objet précieux. Le boitier en argent de la Black Bay Fifty-Eight 925 est élégamment mis en valeur par son cadran couleur taupe et son disque de lunette coordonné. De nombreux détails argentés complètent le visage délicat de ce modèle, notamment les fameuses aiguilles « Snowflakes », une signature de Tudor depuis 1969, de même que les graduations et textes. Une palette de couleur qui se retrouve sur le bracelet en tissu proposé avec ce modèle. Le bracelet en tissu est l’une des signatures de Tudor qui est, en 2010, l’une des toutes premières marques horlogères à le proposer avec ses produits. Tissé de manière artisanale sur des métiers Jacquard à navette du 19e siècle par l’entreprise Julien Faure dans la région de St-Etienne en France, sa qualité de facture et son confort au porté sont uniques. En 2020, TUDOR et Julien Faure, entreprise familiale cent- Tudor, ont fêté 10 ans d’un partenariat né avec le lancement à Baselworld 2010 du modèle Heritage Chrono, équipé du premier bracelet tissu pour montre réalisé par l’artisan. Le Calibre Manufacture MT5400 qui équipe le modèle Black Bay Fifty-Eight 925 affiche les fonctions heures, minutes et secondes. Il présente les finitions typiques des Calibres Manufacture de Tudor. Son rotor en tungstène monobloc est ajouré et satiné avec des détails sablés alors que ses ponts et sa platine exposent une alternance de surfaces sablées, polies et de décorations faites au laser. Sa construction est pensée pour la robustesse, la longévité, la fiabilité et la précision, à l’image de son balancier à inertie variable maintenu par un solide pont traversant à double point d'ancrage. Couplé à un spiral amagnétique en silicium, il permet au Calibre MT5400 d’être certifié chronomètre par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC) avec des performances allant au-delà des standards de cette institution indépendante. En effet, là où le COSC tolère une variation moyenne de marche journalière de -4 à +6 secondes par rapport au temps absolu sur un mouvement seul, Tudor s’impose -2 à +4 secondes de variation sur la marche de la montre entièrement assemblée. Autre élément notable, la réserve de marche du Calibre Manufacture MT5400 est dite « weekend-proof », soit de 70 heures environ, ce qui permet au porteur de poser sa montre le vendredi soir et de la reprendre le lundi matin sans devoir la remonter.

GRAND SEIKO Re-création de la première Grand Seiko

Grand Seiko a vu le jour en 1960. Dans l’atelier d’horlogerie Seiko de Suwa, au centre du Japon, une équipe dédiée avait travaillé avec obstination à la réalisation d’une montre alliant la précision, la durabilité, le confort et le design. Ses résultats furent couronnés de succès le 18 décembre 1960 avec une montre en or massif 14 carats, équipée d’un mouvement plat, dont la précision satisfaisait les normes internationales les plus strictes de l’époque. Cette création était telle qu'elle fut baptisée Grand Seiko. Aujourd'hui encore, le design de la montre originale est très apprécié par les amateurs de montres du monde entier pour sa représentation de l'esthétique de Grand Seiko, son élégance discrète et son souci du détail. La montre de 1960 a été revisitée par des re-créations à diverses occasions. En 2020, pour célébrer le 60e anniversaire de Grand Seiko, la collection s’étoffe d’une re-création de la première montre Grand Seiko de 1960 présentée en trois versions. L'une d'entre elles, celle qui arbore un boîtier et des index en or jaune 18 carats, respectant ainsi la version originale, a rejoint la collection courante de Grand Seiko. La forme du boîtier, du cadran légèrement bombé et des aiguilles reproduisent fidèlement le modèle original de 1960, mais le fond de boîte intègre désormais un verre saphir révélant les superbes finitions du mouvement. Bien entendu, les derniers procédés de fabrication associés aux compétences de nos maîtres horlogers ont été utilisées pour conférer au boîtier, aux index facettés et même au fermoir un extrême raffinement. Suivant la tendance actuelle, l’ouverture de boîte est plus large : initialement de 35 mm, elle a été passée à 38 mm et son bracelet possède une boucle déployante très pratique au porté. Son toucher doux et sa forme sculptée avec précision témoignent de son héritage, et le nom Grand Seiko en relief est présenté sous une forme tridimensionnelle qui reflète également l'original. Les index sont en or jaune 18 carats et la marque étoile SD (Special Dial) est située à 6 heures pour indiquer que les index sont en or massif. Le boîtier ne mesure que 10,9 mm d’épaisseur, la réserve de marche est de 72 heures et la précision est de -3 à +5 secondes par jour, le tout rendu possible grâce au calibre 9S64 à remontage manuel qui alimente la montre.


Partagez cet article :

Restez informé !

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez nos dernières infos directement dans votre boite de réception ! Nous n'utiliserons pas vos données personnelles à des fins commerciales et vous pourrez vous désabonner n'importe quand d'un simple clic.

Newsletter